Anesthésie

Imprimer
 

nom féminin

Auteur : Dr. Loïc Larguier
Anglais : Anesthesia

Publié le mardi 12 février 2013

 

L’anesthésie de l’animal est un état de perte de conscience atteint par l’administration de drogues et permettant la réalisation d’actes médicaux, examens complémentaires ou chirurgicaux. Cet état est caractérisé par une narcose, une perte de la motricité (immobilité), une perte de la nociception et un relâchement musculaire suffisant. Il doit être facilement réversible afin de contrôler le mieux possible sa durée et son impact sur le patient.

 

Comment est-ce que cela se passe ? 

Votre compagnon est en général à jeun depuis au moins 12 heures, c’est à dire que le dernier repas a été donné 12 heures avant l’anesthésie. Il est possible de lui laisser un bol d’eau à disposition jusqu’à quelques heures 

avant le rendez-vous. Dans quelques cas particuliers (diabète, patient très jeune …) la durée de la diète est diminuée : c’est le vétérinaire qui vous le précise lors de la consultation préopératoire. 

La patte avant est tondue afin de mettre en place un cathéter veineux dans la veine céphalique. Ce dispositif permet d’injecter les produits qui vont endormir le patient. Il permet également la perfusion d’un soluté et les injections d’urgence en cas d’accident anesthésique.

Avec quoi votre animal est-il anesthésié ?

Pour pouvoir pratiquer une chirurgie sur votre animal il faut qu’il soit endormi (narcose), détendu (myorelaxation) et qu’il n’ait pas mal (analgésie). Comme un seul produit ne peut faire tout cela en même temps, 

on pratique l’anesthésie balancée. On associe plusieurs produits qui permettent d’atteindre les 3 objectifs : narcose, myorelaxation et diminution de la sensation douloureuse. 

La perte de conscience obtenue par ces premières injections permet de mettre en place une sonde trachéale qui va protéger les voies respiratoires et à travers laquelle il est possible d’entretenir l’anesthésie ; par cette sonde est administré un mélange d’oxygène et de gaz anesthésiant. L’intérêt de l’anesthésie gazeuse est d’offrir une plus 

grande précision de la profondeur d’anesthésie et de limiter l’accumulation de substances toxiques dans l’organisme de l’animal. 

Les paramètres vitaux ( battements cardiaques, respiration, oxygénation, température etc …) sont contrôlés par un monitorage relié à l’animal. Cela permet de prévenir les incidents d’anesthésie et de les corriger.

Une anesthésie est-elle sans risques ? 

Non ! C’est un acte médical invasif mais nécessaire pour toute chirurgie et certains examens complémentaires. 

Les patients suivants leur état et leur âge, sont plus ou moins dits « à risque ». Un examen clinique préopératoire, 

un bilan sanguin, des radiographies ou une échographie peuvent être indiqués pour prévoir certains risques et adapter le protocole d’anesthésie à chaque cas traité. 

Malgré cela, un animal en bonne santé avec un bilan sanguin correct peut avoir un accident anesthésique avec des conséquences graves. 

C’est pourquoi, les protocoles anesthésiques sont adaptés à chaque patient et qu'il faut pratiquer la meilleure analgésie possible. 

 

 

Haut